Dimanche 10 novembre 2019

Editorial N°117 - Novembre 2019

On voulait vous offrir une édition spéciale le 31 mais en raison de certains problèmes techniques, elle n'a pas pu voir le jour, toutes nos excuses. On va dire qu'Halloween est reporté pour cause d'intempérie, comme au Québec. Une météo propice est très importante pour les chroniqueurs, absolument. Le vent et la pluie contre les fenêtres, ça déconcentre, comment voulez-vous qu'on travaille dans ces conditions, voyons ? C'est décidé, le 10 novembre sera le jour de notre propre célébration.

Profitons-en pour souhaiter la bienvenue à Ray Paro dans l'équipe, et bonne continuation à Thalia et Jun qui nous quittent. Concernant le jeu d'octobre sur le petit bac rose, vous avez été nombreux à participer, ça m'a fait très plaisir ! Merci à Joplin, Feozard, Galahad, Mirabelle, Gwendoline et Ella qui vont recevoir (ou ont déjà reçu si l'équipe de maison n'a pas trop procrastiné) chacun une récompense de 3 Gallions.

Happy Chicaween !

https://zupimages.net/up/19/19/t6yl.png

Celty et Galahad : Que la fête commence !

Les résultats pour choisir nos représentants à Miss et Mister P12 sont tombés. Une belle brochette de personnalités bien connues de la maison ont croisé le fer pendant deux semaines et deux d’entre eux en sont sortis vainqueurs. Pour l’occasion, je les ai invités autour d’une bièraubeurre ou un whisky pur feu, dans la salle de bain des garçons qui reste éternellement déserte. C’est le moment de recueillir leurs impressions dans ce lieu de pure détente.

Mister Scamander et Miss Roze, merci d'avoir accepté de me rencontrer dans cet endroit inusité et d'avoir gardé votre maillot de bain. Entrons immédiatement dans le vif du sujet, si vous le voulez bien. Quel effet ça vous a fait lorsque les résultats sont tombés ?

Galahad Scamander : Je ne comprends toujours pas comment je suis arrivé là…

Celty Roze : Quels résultats ? C’est pour quoi l’interview déjà ? Oh wait. Une seconde, je reviens. * Part vérifier les résultats dans la pièce d’à côté et pousse une longue série de jurons. *

Je vois que tous les deux, vous êtes super contents d'être nos représentants. J'en suis à me demander si on ne devrait pas faire appel aux dauphins dès maintenant. Mais si les Aiglons vous ont choisis, c'est qu'il y a de bonnes raisons et l'une d'elles se trouve peut-être dans la prochaine question.

Aucun des participants n’a oublié de souligner l’ouverture d’esprit de notre maison. Est-ce qu’une autre qualité, selon vous, fait que Serdaigle se démarque des autres maisons ?

G.S. * Embarrassé que la lettre ne soit pas restée secrète. * On va m’accuser de favoritisme après, cessez d’ébruiter ce genre de discours !

C.R. * Retourne s’asseoir, la voix un peu enrouée. * La créativité. Je ne me lasse jamais de voir ce que mes chroniqueurs préparent chaque mois pour le journal, les autres Aiglons débordent également de talent dans des domaines variés.

Mister Scamander, je ne vois pas du tout de quelle lettre vous parlez. Il faudra que je demande à Miss Jones de bien la protéger. Vous avez bien raison de souligner toute la créativité qui regorge de notre maison. Nous sommes surpris à chaque fois. Et je crois que ce sera encore le cas avec cette question: bronze ou argent ?

G.S. Et pourquoi pas l’or ?

C.R. Si les couleurs de notre maison représentaient toutes les personnalités qu’on y trouve, ce serait arc-en-ciel.

Je vois que Mister Scamander fait honneur à sa patrie en évoquant l'or, mais c'est moi qui pose les questions... Une chance que Miss Roze soit là pour rattraper le coup avec cette pensée poétique. Mais pourquoi, selon vous, Serdaigle devrait gagner Miss et Mister P12 ?

G.S. Ah parce qu’il y a une suite ??!

C.R. Il serait tout à fait bénéfique pour le reste du château de s’inspirer un peu plus de certaines de nos valeurs.

Je commence réellement à douter de vos capacités à nous représenter, Mister Scamander. Peut-être devrions-nous demander à Artus Myrtle ce qu'il en pense ? Et je suis contente de vous entendre dire cela Miss Roze. Maintenant, il ne vous reste plus qu'à supplanter les autres. Alors, qu’est-ce qui vous attend dans cette compétition, selon vous ?

G.S. *Reste bloqué, les yeux ronds comme des souafles, une goutte de sueur perle sur son front.* Je ne sais pas si j’ai envie de savoir. *Se tourne vers Celty* T’étais au courant, toi ??

C.R. J’avais oublié ce détail. J’ai un peu peur, d’un coup.

Mais vous ne devriez pas. Toute la maison, ou presque, est derrière vous. Nous sommes là pour vous soutenir dans ces épreuves. Mais avant de faire des promesses que je pourrais regretter... J’adopte, j’épouse, je tue l’Équipe de maison.

G.S. Je tue Ellena parce que c’est de sa faute si je suis ici. J’adopte Catherine pour son potentiel. Je n’épouse absolument pas une mineure pour terminer mon trio.

C.R. J’épouse Ellena parce qu’on sait travailler en parfaite harmonie. J’adopte Ella pour l’aide et le soutien qu’elle apporte. Je tue Catherine parce que je devrais être en train de déguster un délicieux sandwich préparé par les soins de mon elfe de maison au lieu de faire cette interview.

Alors... Je suis très flattée par ce que vous venez de dire Mister Scamander, mais Miss Roze... Je ne sais pas quoi penser. À l'avenir, je vais me méfier des cookies et du thé que la Chroniqueuse en chef va m'offrir. Et si un tableau vous représentait dans ce château, à quoi ressemblerait-il ?

G.S. Je pense qu’il serait souvent vide, je n’aime pas trop qu’on m’observe…

C.R. Il dormirait en permanence contre le bord de son cadre pour compenser par procuration mon manque de sommeil.

Donc en somme, pas beaucoup d'actions à prévoir dans ces futures oeuvres. Mais je suis curieuse...Quelle est l'épreuve avec laquelle vous avez eu le plus de difficulté ?

G.S. Le puzzle, quel enfer.

C.R. Le puzzle. Je ne verrai plus jamais Luna Lovegood de la même façon.

Pourtant, les créer fut un réel plaisir. *Catherine regarde ses deux interlocuteurs avec un large sourire* Croyez-vous être les dignes successeurs de nos anciens représentants ?

G.S. C’était qui avant nous ? * On lui file une photo d’Eléa et Ray. * Bonne question, on verra bien. J’imagine que non, haha.

C.R. J’ai manqué l’occasion d’être en binôme avec Ray, enfer et damnation.

G.S. Cache ta joie d’être élue à mes côtés, surtout ! Rustre…

Un peu de bisbille, j'aime ça ! Mais ne vous en faites pas, vous ne pouvez pas faire pire. En fait, surtout en ce qui concerne un représentant sur deux. Mais vous qui vous connaissez depuis un petit moment, quel est le mot d’ordre de votre duo ?

G.S. * Se tourne vers Celty.* Survivre ?

C.R. Ça me paraît un bon programme.

Ça ne devrait pas être difficile, puisque vous survivez aux frasques de Rainette et de sa maîtresse... Et justement, qu'est-ce que vous redoutez le plus dans la compétition ?

G.S. La gardienne des lieux.

C.R. Ellana.

Une chance qu'elle fasse partie de la famille. C'est plus facile d'entrer dans ses bonnes grâces. Enfin, un petit mot pour nos Aiglon.ne.s ?

G.S. Ne nous abandonnez pas dans la fosse aux lions…

C.R. Help.

Si vous saviez, ce n'est pas des lions dont j'aurais peur à votre place. Dans tous les cas, je vous souhaite la meilleure des chances. * Lève son verre en l'honneur des deux représentants, même si elle n'a pas l'âge pour boire.* Nous vous souhaitons la meilleure des chances et toute la maison est derrière vous. Même si certains disent le contraire. Et chers Aiglons et chères Aiglonnes, les défis des supporters ont déjà commencé. Hâtez-vous d'y participer pour aider Celty et Galahad !

R comme Rumeurs

Me revoilà ! J’ai vu, en lisant les commentaires, que vous n’avez pas tenté très, très fort de trouver qui se cache derrière ces articles qui ma foi, semblent vous intéresser. Peut-être que c’est une façon pour vous de me dire que mon anonymat ajoute un peu de mystère à ces articles et que vous voulez faire durer le plaisir. Vous avez bien raison. Cependant, en lisant le petit commentaire de notre chère Directrice qui est prête à me payer pour que j’écrive sur Mister Scamander, vous comprendrez que je ne pouvais pas dire non à cette générosité sans borne de la part de Miss Jones. Cependant, cette somme ne me sera pas versée, elle ira directement au prochain jeu à paraître dans le Chicaneur. Si ce n’est pas une belle preuve d’altruisme... Maintenant, passons aux choses sérieuses : les rumeurs.

Cette maison qui est la nôtre, est remplie de petits potins. Je sens que vous êtes un peu étonné.e.s, parce que vous vous dites qu’il n’y a pas plus sérieux qu’un.e Aiglon.ne prêt.e à travailler jour et nuit pour remettre un devoir en Divination. Et pourtant... Qui aime vraiment la Divination ?

Mais attention, attention. Là, c’est du très sérieux. En fait, c’est toujours très sérieux. Je vais faire appel à votre mémoire. Vous n’avez jamais remarqué que notre professeur en Soins aux Créatures Magiques rôdait beaucoup autour du bureau de notre Directrice ? Et là, je veux dire plus qu’à l’habitude. Il semblerait que des éclats de voix se sont fait entendre dans cette partie de la Salle commune tout récemment. Je ne peux pas vous dire avec précision qu’elle était la nature de ces cris, mais ce n’était pas d’ordre professionnel. Le Scamander aurait été vu en train de quitter le bureau dépité à la suite de ces échos sonores. Désolé.e de vous décevoir si vous vous étiez fait d’autres scénarios.

Maintenant, la nouvelle préfète. Bien sûr que ça n’allait pas passer sous le radar de X. Rien ne peut passer inaperçu. Cette charmante demoiselle, de nationalité italienne, a récemment été nommée préfète de Serdaigle, prenant ainsi la place de notre adorable Lana Bennett. Mais saviez-vous que la Atkins avait un petit secret ? J’ai dû chercher longtemps et me faire discret/discrète pour que personne ne me voie, mais j’ai déniché un petit quelque chose. Notre chère capitaine de Quidditch serait en fait amoureuse d’un certain préfet. Vous n’avez pas trouvé étrange que l’Équipe de Quidditch de notre maison perde contre les Serpentard ? Vous voyez le lien à faire ? Notre petite Ella serait en amour avec le Dynamite. Si vous saviez ce que j’en pense...

Mais dans un autre ordre d'idée, il y a certain.e.s de nos camarades qui frappent notre imaginaire et je crois que c’est le cas d’un certain jeune homme. Je parle d’Owen Jackson. Vous savez, ce première année qui parle peu, mais que tout le monde connaît ? Eh bien ! voilà. J’ai encore une fois entendu dans les couloirs que ce charmant jeune homme avait des parents très... haut placés dans la sphère magique. Est-ce qu’il serait là pour espionner ? Pour montrer que Poudlard manque cruellement de sérieux ? Je vous dis, nous devons être sur nos gardes. On ne connaît jamais totalement les autres et j’en suis la preuve.

Une autre preuve que l'on ne connaît pas nécessairement tout le monde dans cette maison. Ah Clary, Clary, la jeune fille qui vole au secours des petits nouveaux. Aussi innocente qu’elle puisse paraître, notre chère Lewis a été vue en train d’aider une petite nouvelle dans notre Salle commune. Rien d’étonnant me direz-vous. Par contre, c’est le côté trop gentil de l’Écossaise qui laisse présager d’autres types de méfaits. Car pour la petite histoire, la première année, pour laquelle Clary a volé au secours, ne semblait pas très enchantée par l’arrivée de cette dernière dans les parages. Est-ce que la Lewis aurait une réputation dont nous n’étions pas au courant ? Histoire à suivre...

Enfin, j’ai entendu parler, entre les branches, de deux rumeurs concernant notre autre préfète. Sur la Spinnet, plus particulièrement. Il semblerait que la jeune fille ait trouvé l’amour en plus d'une sœur de cœur. Si ce n’est pas mignon. Par contre, ces deux personnes, différentes, n’arboreraient pas du tout le bleu et le bronze. La première se trouvant chez les Poufsouffle et la seconde chez les Gryffondor. Est-ce que notre préfète se prépare à migrer vers d’autres cieux ?

J’espère que ça vous a plu. Si c’est le cas, ne lésinez pas sur les commentaires. Ou, si vous avez des petits détails croustillants, vous pouvez les écrire ici ou les envoyer à notre Celty. Elle saura qui contacter. Maintenant, espérons que ces rumeurs plairont à notre Directrice, pour qu’elle fasse son don.

Soyez fous, aimez la vie, mais attention, quelqu’un pourrait bien vous épier.

Habitudes alimentaires des Serdaigle depuis 2018 — L'article qui manquait à votre soif d'apprendre

À peine de retour en salle commune, perdu au milieu des nouveaux topics et de ceux à moitié lus, voilà-t-il pas que le Chicaneur me fait de l'œil. Pris d'un enthousiasme soudain mais questionnant ma légitimité de redevenir Chroniqueur, je pars à la recherche d'un sujet pertinent à exploiter. Sans trop y croire, je clique alors sur le vieux What are you doing ?, qui me ramène au dernier post non-lu, daté d'août 2018. Un message de notre DdM, Ellena. Je le parcours d'un œil alerte et tombe sur cette information capitale : « Qu’est-ce que tu as mangé ? : Comme tout les dimanches, j'ai mangé des frites. »

Bon sang mais c'est bien sûr ! m'exclamé-je en vérifiant l'orthographe du verbe exclamer dans ce contexte.

Croyant maladroitement écrire un article pour les Crocs, je m'applique à lire les réponses de mes camarades, à cette question qu'on ne se pose pas assez souvent en société - sauf après du pain à l'ail ou du roquefort, mais c'est un autre sujet. Toujours est-il que le champ des possibles s'ouvre à moi à cet instant.

Je parcours alors les pages du topic, à la recherche d'un message qui me ferait vibrer. La montée d'adrénaline se fait page 30. Je tombe sur un post de Mia Lorder Jannings : « Qu’est-ce que tu as mangé ? : Un Mcdo moldu ». C'en est trop. Une perle de sueur coule lentement le long de ma tempe. Bien longtemps que je n'avais pas ressenti ce frisson de l'enquête, ce tressaillement à la découverte de l'info vraie, ce soubresaut du journalisme d'investigation.

Plume en main, je répertorie alors les réponses de chacun•e, dans le but ambitieux de faire un joli diagramme en camembert, pour rester dans le thème. Mais je me contente simplement des messages postérieurs à 2018, parce que faut pas déconner quand même.

La main tremblante au calcul des résultats de ces habitudes alimentaires dans notre maison, je ménage le suspense que cette information mérite. Mais l'attente n'a que trop duré, et je sais que comme moi, vous trépignez à l'idée de savoir de quoi les aiglons se nourrissent...

Voici donc le dénouement de cette Enquête impossible :

Le cœur emprunt d'émotion, je peine à commenter ces données.

Notons quand même que le sucre est le péché mignon de beaucoup d'entre nous. Pas étonnant donc d'avoir des gens so sweet à Serdaigle.

En deuxième position, nous retrouvons les personnes qui ne mangent rien. Une information qui ne manquera pas de vous faire réagir dans les commentaires, j'en suis certain.

Enfin, une dernière remarque importante. Le poisson ne fait que quatre adeptes, mais peut néanmoins compter sur l'enthousiasme sans faille de Shola : « Qu’est-ce que tu as mangé ? : Un poisson !!! J'adore le poisson. »

Il serait sensé de terminer cet article en vous rappelant de ne pas manger trop gras, trop sucré, trop salé. Mais qui suis-je pour juger ce qu'il y a dans votre estomac ? Alors je dirai simplement : mangez ce que vous voulez, vous finirez quand même dans le Chicaneur.

Ray digère Rédigé par Ray Paro.

Le québécois 101 ou comment me comprendre quand je ne fais pas attention

Qui ne s’est jamais demandé ce que je pouvais bien raconter avec mes mots et expressions sorties de nulle part ? Ou tu t'es dit fin connaisseur de la culture québécoise parce que tu connais quelques tounes de Céline Dion et du coup, tu crois tout savoir des Québécoises et des Québécois ? Ou peut-être parce que tu connais le Canadien de Montréal, qui ne connaît pas le mythique club de hockey, même de l’autre côté de l’océan ? Sauf que les règles dudit hockey, tu ne sais pas qu’est-ce que ça mange en hiver. Bien sûr, tout ça, ce sont des trucs de Moldus, mais ça fait partie de moi. Oui, oui. Je t’entends te poser des questions sur ce que je viens de dire. Rassure-toi, même les personnes que je connais depuis bientôt 3 ans ne comprennent même pas ces expressions. Comme je ne comprends pas certaines de vos propres expressions. Mais... commençons par le début. Et quand je dis début, ça veut tout simplement dire un peu d’histoire sur ceux que vous considérez comme vos cousins ou vice versa.

Pour faire court : Jacques Cartier, un navigateur de Saint-Malo et mandaté par le roi François 1er, effectue son premier voyage vers le Nouveau Monde en 1534. Il vient ici trois fois et plusieurs de ses hommes mourront soit de maladies ou de froid. Bin oui. Cependant, Jacques Cartier aurait placé quelques croix ici et là, dont une sur le Mont-Royal, à Montréal pour montrer que la France y avait posé ses petits pieds. Joli endroit en passant.

Ensuite, petit saut dans le temps, vers 1660, la colonie appelée Nouvelle-France est composée principalement d’hommes. On dit, bien communément, qu’il y avait 8 hommes pour 1 femme dans la colonie. Alors, Louis XIV et certains de ses conseillers proposent d’envoyer des Filles du Roy (principalement des filles orphelines qui n'avaient aucun avenir en France) dès 1663. En moins de 10 ans, la population a plus que doublé. Chaque Québécois et Québécoise ont une Fille du Roy comme ancêtre. Elles sont considérées comme les Mères de la nation et cela à juste titre.

Cent ans plus tard, ce qui se pointait à l’horizon survint. En 1760, c’est la Conquête. Les Britanniques attaquent Québec et Montréal. Ils veulent conquérir le territoire de la Nouvelle-France qui s’étendait de Québec jusqu’à la Nouvelle-Orléans et englobait tout l’Ontario. Comme la population n’était pas assez abondante dans la colonie française, la bataille sera gagnée par les Britanniques, mais un territoire d’irréductibles Canadiens français résistera. Oui, oui, comme dans ce livre que les Moldus aiment bien, celui avec les deux moustachus. Les Canadiens français, qui deviendront par la suite les Québécois, ont su résister à la culture anglophone, grâce à des lois qui parfois, donnent droit à des traductions plutôt cocasses.

Alors, pourquoi vous fais-je un petit cours d’histoire ? Parce que toutes nos expressions viennent de là. De nos racines françaises et se sont métamorphosées avec l’arrivée de ceux qui nous ont conquis. Notre langue est un savant mélange de français et d’anglais. Je sais que beaucoup vont dire que ce n’est pas du vrai français. Mais qu’est-ce que le vrai français ? Celui que l’on parle dans le Sud de la France ? Celui du Nord ? Celui de Paris ? Ou celui du Québec ? Selon moi, il n’y en a pas. Le premier qui me dit le contraire ira expliquer pourquoi il s’est retrouvé la cheville au plafond et la tête vers le sol.

Au Québec, on niaise pas avec la puck et on va se manger une poutine avec du vrai fromage en crotte. On va capoter quand la première neige va tomber, mais on va brailler et chialer rendu en février parce qu’il fait frette. Chez moi, on magasine et on se stationne. On est crampé quand on vous entend dire déjeuner pour notre dîner et dîner pour notre souper. Mais pourquoi pas, c’est ça qui fait votre charme.

Vous allez vous demander ensuite pourquoi j’ai décidé d’écrire ce petit article, très exhaustif, sur ma culture ? Juste pour rire un tout petit peu, si vous voulez, et du même coup, vous apprendre quelque chose. C’est ce qui fait le charme de notre maison. Les participants à Miss et Mister Serdaigle l’ont dit et répété : notre maison est un exemple d’ouverture d’esprit et c’est pour cela que j’ai décidé, pour une rare fois, de parler de moi et de l’histoire de mon Québec.

Et qui sait, la prochaine fois, s’il y en a une, je pourrais vous parler de mon Québec d’aujourd’hui. On verra bien.


Petit lexique: toune = chanson; niaise pas avec la puck = on ne perds pas son temps; fromage en crotte = fromage en grain; capoter = être excité; brailler = pleurer; chialer = se plaindre; frette = c'est plus froid que froid; magasiner = faire les magasins; stationner = se garer; crampé = rire à en avoir des crampes

La star de novembre : le chrysanthème

Le chrysanthème, Reine des fleurs à la Toussaint.

Novembre est là, dans le monde Moldu, fleuristes et horticulteurs sont sur les dents, en ce seul mois ils font a minima 20% de leur chiffre d’affaire annuel.

L’origine de son nom ne prédisposait pas le chrysanthème à devenir cette fleur qui orne nos cimetières le jour de la Toussaint. D’ailleurs, la fête de la Toussaint, celle de « tous les Saints », est elle-même tardive. Quoiqu'elle soit associée à la religion, elle n’a aucune origine biblique, elle n'est pas non plus citée dans le Nouveau Testament. Créée au VIIème siècle, elle change régulièrement de date. C’est seulement au XXe siècle que la fête de tous les saints prend officiellement sa place dans la liste des huit fêtes les plus importantes du calendrier catholique. Désormais, sa date est fixe : le 1er novembre.

Le nom de notre chrysanthème vient de l’antiquité grecque, "khrusos" tout comme le patronyme de Crésus, signifie or et "anthemon" que nous traduisons par fleur.

On retrouve cette fleur dans la symbolique des pays asiatiques où elle est connue depuis plus de 3000 ans. Symbole de bonheur, d’amour et de longévité en Chine, elle est aussi bien utilisée comme plante médicinale que comme ornement.
Au Japon elle est le symbole de l’Empereur et l’emblème du pays. Stylisée, elle est présente au centre du passeport japonais. L’Ordre du chrysanthème est une distinction japonaise attribuée aux personnalités considérées comme remarquables.

Il faut attendre les 17ème et 18ème siècles pour que la fleur soit introduite en Europe. Le siècle suivant, l’engouement pour le style japonais connu sous le terme "japonisme", permet au chrysanthème de faire son apparition dans les productions artistiques de l’Art Nouveau.

L’histoire du chrysanthème se poursuit.
Pour célébrer le premier anniversaire de l’armistice, le président de la République demande aux Français de fleurir les monuments et les tombes en hommage aux poilus morts au combat. Le chrysanthème est mis à l'honneur, il est en effet l’une des rares plantes dont la floraison a lieu en cette période de l’année. Le 11 novembre 1919 voit donc apparaitre à foison, dans toutes les communes, les premiers chrysanthèmes.
Peu à peu le 2 novembre, jour des défunts, les familles utilisent cette fleur pour commémorer leurs morts en ornant leurs tombes.

Un destin paradoxal pour une fleur qui continue à être le symbole de bonheur, bonne santé et amour dans les pays du Soleil-Levant.

L'interview décalée du Billywing

Bon, cette fois c'est bon. Je devrais pouvoir me remettre à jour dans mes interviews grâce à cette édition spéciale Halloween. Aujourd'hui je vais enfin pouvoir en apprendre davantage sur Iza Korberg, élue Billywing du mois de septembre. Petite, rousse et surnommée Veracrasse. Etrange de se faire appeler comme tel. Ou bien est-ce le résultat d'un pari stupide, qui sait ?

Elea : Bonjour Iza !
Iza : Bonjour
Elea : Comme toujours, ma première question est simple. Thé ou café ?
Iza : Thé, s'il te plaît !
Elea : Du thé ? Pas de souci!

Pour une fois, je sers la boisson qui a été demandée. Mais toujours agrémentée de quelques gouttes de Veritaserum. Sinon ce ne serait pas drôle. Il est désormais temps d'en savoir plus sur cette étrange jeune fille.

Elea : J'ai entendu dire que tu avais régulièrement quelques petits problèmes de poils. En réalité, serais-tu atteinte de lycanthropie ?
Iza : Non, je ne suis pas une Lycanthrope ! Bon, peut-être oui... en tout cas je préfère garder le secret avec moi.

Ces belles paroles avaient été agrémentées d'un petit ricanement. Visiblement, mon Veritaserum ne fait pas encore effet. Les confidences ne seraient peut être pas pour tout de suite.

Elea : Mouais... Si tu n'es pas une lycanthrope, comment expliques-tu ces longs poils d'oreilles ?

Je la vis rougir suite à ma réflexion. En même temps, on ne pouvait louper les poils quelque peu brun orangé sortant de ses oreilles. Nul doute à mes yeux, cette fille devait être un loup-garou. J'en étais presque sûre.

Iza : Euhhhh, ça fait partie de mon déguisement pour Halloween.
Elea : Ah bon ? Tu ne te déguises pas en citrouille ? Tu en as déjà la couleur donc bon...
Iza : Oui, mais après mon deuxième tour dans les bureaux du personnel, j’ai perdu mon déguisement de citrouille.
Elea : Tu as perdu ton costume ? Toi aussi Carrie a voulu te transformer en canari démoniaque ? Ou bien Violette ne supportant plus tes cheveux orange pétant a décidé de leur changer de couleur, s'est plantée et t'a cramé les cheveux ?

Ca ne m'étonnerait pas que Violette ait eu envie de tester de nouvelles couleurs de cheveux sur cette jeune fille. Après tout, j'ai entendu dire que cette vieille harpie aimait tester de nouvelles choses sur les élèves.

Iza : Oui, je suis tellement maladroite... J’avoue que plusieurs professeurs ont essayé de me transformer en canari pour ne pas me voir repasser une troisième fois dans leurs bureaux en demandant des bonbons. Par contre, aucun sort n’est tombé sur mes cheveux...
Elea : Donc c'est ta couleur naturelle, d'accord… Tu aurais pu faire un joli épouvantail ! En parlant d'épouvantail, qui te fait le plus peur dans l'équipe du Chicaneur ?
Iza : Catherine Spinnet.

Elle marqua un temps d'arrêt. Elle venait de se rendre compte qu'elle avait lâché ce nom sans même réfléchir. Comme si ces mots étaient sortis seuls de sa bouche. Visiblement, le Veritaserum faisait enfin effet. Il était temps. D'un léger mouvement de tête, je l'encourageais à poursuivre. Elle jeta un rapide coup d'oeil autour d'elle. Elle ne semblait pas très rassurée.

Iza : Elle est gentille Catherine, mais certaines rumeurs disent qu'elle participe à la distribution de la poudre de mandragore, j'ai écouté également...

Iza se tut une nouvelle fois alors que cette interview devenait de plus en plus intéressante. Je l'invitais donc à poursuivre.

Elea : As-tu appris d'autres choses intéressantes sur notre chère préfète ?
Iza : Non, je ne sais rien d’autre. Et puis, ce que j’ai dit avant, se sont seulement des rumeurs, je veux dire, c’est pas confirmé, ça n’a pas d’importance...

Pas d'importance ? Des informations sur Catherine me seraient pourtant très utiles pour écrire un article croustillant sur elle. Je pense que je devrais enquêter. La jeune fille me regardait avec insistance, à tel point que ça me mettait mal à l'aise. Aussi, je décidais de changer de sujet et d'aborder une question qui m'obsédait depuis le début

Elea : Je vois. Et sinon, pourquoi ce surnom de veracrasse ?
Iza : C'est à cause d'Halloween, lorsque je suis allée chez madame Matthews pour demander des bonbons, elle m'a lancé un sort, du coup, le surnom de veracrasse est apparu sur mon profil.

Décidément, à l'entendre tout était la faute de cette fête pittoresque que je n'appréciais pas du tout. Halloween avait bon dos. Je pense surtout que ça doit venir d'une bêtise qu'elle a dû faire en cours de Soins aux créatures magiques. Je devrais me renseigner auprès de Galala.

Elea : Ahaha ! T'as vraiment pas eu de chance pour Halloween. Mais sinon, il est temps de conclure cette interview avec cette dernière question : Adopte, épouse et tue l'équipe de maison !
Iza : C’est difficile, mais, j’adopte Catherine, pour compenser un peu, j’épouse Ellena et du coup comme il y a pas d’autre option, je tue Ella, désolé Ella <3
Elea : On essaye de sauver sa peau face à Catherine hein ! En tout cas, merci de m'avoir accordé du temps pour cette interview et à une prochaine !
Iza : Merci à toi Elea !

Je n'avais pas su dénicher le potin que j'espérais. Mais j'avais tout de même appris quelques petits trucs, notamment sur Catherine. Je crois que je vais la surveiller d'un peu plus près afin de connaitre les plus sombres secrets de notre préfète.

Publicité n°1

Les enfers

Il y a quelques jours se déroulait Halloween. Si le 31 octobre est souvent le moment de faire le plein de bonbons pour les plus petits, et de se faire peur pour les plus grands, il y a surtout un rapport avec les morts. On dit que c’est la nuit où les morts reviennent hanter le monde des vivants. C’est dans cette ambiance, la fête des Morts, célébrée dans plusieurs pays et religions que je me suis décidée à partir sur un sujet assez intéressant de mon point de vue : les Enfers.

Oui bon, quel est le rapport, me direz vous ? C’est assez simple et logique en fait. Les Enfers sont tout de même l’endroit où vont les défunts après leur décès. Voilà, tout est dit. Bien sûr, il y a plusieurs représentations des Enfers, que ce soit à travers les époques, les religions, les mythologies, les pays, les arts… C’est pour ça que je ne vais pas m’éparpiller et te parler des Enfers dans la mythologie grecque. Parce que soyons clairs : c’est sûrement la seule que je connaisse vraiment. Et aussi, parce que ça parle un peu à tout le monde. Alors, tu es prêt pour ce voyage dans les Enfers ?

Les Enfers est le royaume des morts. En clair, si tu es vivant, ce n’est pas la peine de penser t’y rendre pour une balade digestive (même s’il y a quelques exceptions…). Cet endroit est gardé par un chien à trois têtes, Cerbère. Tu vois Touffu dans le premier Harry Potter ? Et bien c’est le même genre. Mais en pire, j’imagine. Mais comme tout bon lotissement qui se respecte, il y a plusieurs divisions, histoire de ne pas se taper un criminel comme voisin quand t’as tout bien fait dans ta vie, même éviter de se moquer de cet enfant tombé dans les escaliers. Il y a les Champs Elysées, le Pré de l’Asphodèle, le Tartare ou encore l’Ile Blanche. Trois juges existent pour diriger les âmes : Minos, Eaque et Rhadamanthe.

Mais parlons un peu de ces régions dans lesquelles le défunt peut se retrouver en fonction de sa vie passée. Si tu as été vertueux et bon lors de ton existence, tu vas très probablement te retrouver à « vivre » éternellement aux Champs Élysées. Pour Virgile (poète latin) il y règne un éternel printemps. Pour François Rabelais (écrivain humaniste de la Renaissance) ces Champs sont peuplés de personnages antiques célèbres. On peut facilement opposer cet endroit presque paradisiaque au Tartare qui est la zone des Enfers la plus sombre et la plus profonde. C’est là que les criminels mythiques et âmes malhonnêtes finissent leur éternité. Dans le pire des cas, c’est aussi là qu’ils subissent leur punition éternelle. On dit aussi que c’est la prison des dieux déchus. C’est bien simple, tu n’as pas du tout envie d’y passer un séjour. Évidemment, ce sont les deux extrêmes, c’est pourquoi il y a un entre-deux, enfin, si on peut l’appeler comme ça, parce que ça ne donne tout de même pas envie de s’y attarder. Je parle du Pré de l’Asphodèle qui est réservé aux âmes qui ne sont ni vertueuses ni criminelles. Elles errent alors ici, sans but. Un peu comme Mimi Geignarde dans ses toilettes. Pour finir, il y a tout de même la région la plus festive, celle où il faut être ! L’Ile Blanche. Parce que bon, les héros y sont envoyés à leur mort et des fêtes et banquets sont organisés sans cesse, et ça, ça en jette pas mal !

Et puis si tu veux en savoir un peu plus, il y a des fleuves qui bordent et traversent les Enfers grecs. Parmi les plus connus, on retrouve le Styx, qui rend invulnérable. C’est aussi le fleuve sur lequel Charon se promène sur sa barque. Et attention, puisqu’il faut le payer pour traverser. Mais ne panique pas, si le défunt a été enterré selon les coutumes, il pourra payer sans problème car on lui aura placé, pendant les funérailles, une pièce d’or dans la bouche. Dans le cas contraire et bien… L’âme se retrouve à errer, sur les bords des fleuves, et c’est bien triste. D’autres fleuves existent bien évidemment, tels que l’Achéron ou le Phlégéthon, qui a la particularité d’être constitué de feu et d’entourer le Tartare. Le Léthé, lui, apporte l’oubli, on dit ainsi que les défunts doivent boire son eau pour oublier les maux et plaisirs de leur vie antérieure. Mais pour apporter un peu plus de fun dans ces histoires de fleuve, on peut rajouter le Cocyte qui est constitué des larmes des âmes mauvaises. Je pense que tu y réfléchiras à deux fois lorsque tu voudras piquer le goûter de ton petit frère.

Comme tu peux le constater donc, les Enfers grecs n’étaient pas ce qu’on peut s’imaginer : remplis de feu, de lave, sombres, remplis d’âmes mauvaises… C’était bien plus complexe, et surtout, remplis d’eau. Oh et ce n’est pas tout ! Il y a une sortie à ces Enfers. Et je ne te parle pas de la sortie qui est en fait l’entrée par laquelle certains héros grecs ont pu ressortir alors qu’ils étaient vivants et seulement de passage dans les Enfers, non, je te parle carrément de la sortie des âmes réincarnées. Comme d’autres peuples, les Grecs croyaient en la réincarnation, ainsi, l’âme du défunt, s’il n’avait pas commis de crime (ou si tel était le cas, s’était purifié) peut emprunter la sortie et renaître dans un nouveau corps.

Mais je crains que le voyage ne s’arrête là… Mais tu sais sans doute que ce thème des Enfers a beaucoup été repris dans les arts, notamment dans la littérature. Je te conseille ainsi la Divine Comédie de Dante, ou encore la pièce de théâtre Huis clos de Jean-Paul Sartre dans un tout autre genre.

(sources : wiki, mythologica.fr, ralentirtravaux.com)

Journal d'un fantôme bien flippant

Le 11 octobre

Et voilà. L'édition rose, c'est enfin terminé. Je suis heureux. D'autant plus qu'on prépare une édition spéciale Halloween, ma fête préférée. Je vais enfin avoir une bonne raison de terroriser les petits Serdaigle sans subir les reproches de la Dame Grise.

Le 13 octobre

Visiblement, je ne suis pas le seul à aimer Halloween. Celty est à fond pour cette édition. A tel point qu'elle adore se cacher dans un coin sombre et sauter sur une des filles du Chicaneur pour lui faire peur. Le pire dans tout ça, c'est que ça fonctionne. J'ai failli avoir une crise cardiaque en entendant Elea hurler, lâcher ce qu'elle avait dans les mains, et courir loin du bureau. Si maintenant on me pique mon rôle de fantôme... Je n'ai plus qu'à aller hanter la maison d'un Moldu.

Le 15 octobre

Ca va faire deux jours qu'on n'a pas revu Elea. Je crois que Celty lui a vraiment fait peur. Ou alors, elle prépare sa vengeance. En tout cas, les filles ici ressemblent de plus en plus à des zombies. Alaska a les yeux rouges et le teint verdâtre. A croire qu'elle a mangé des patacitrouilles périmées.

Le 21 octobre

J'ai la sensation que Catherine est quelque peu déprimée. En même temps, dès qu'elle essaye de jouer à la méchante, les élèves lui rient au nez, prenant ça pour une blague d'Halloween. C'est presque comme si notre préfète était devenue gentille. Elle devrait prendre exemple sur moi et user d'un peu de Magie noire.

Le 25 octobre

Je n'en peux plus. Ca va maintenant faire 2 jours que Mirabelle n'arrête pas de piailler. En effet, Carrie a eu la bonne idée de transformer quelques élèves en canari d'un jaune horriblement affreux. Non seulement, je n'ai plus d'oreilles, mais en plus, la couleur me pique aux yeux. Quand est-ce que ça va s'arrêter ?

Le 26 octobre

En tout cas, une chose est sûre : Celty n'a pas besoin de décorer son bureau pour Halloween. Elle semble trop occupée pour faire la poussière à tel point que des toiles d'araignées s'accumulent un peu partout depuis plusieurs mois. J'aime beaucoup cette ambiance très halloweenesque !

Le 28 octobre

Elea vient enfin de réapparaître dans le bureau. Enfin, je l'ai vue rentrer discrètement, sans faire de bruit, en surveillant que Celty n'était pas dans les parages pour lui faire peur. Puis, elle a déposé ses articles et photographies sur le bureau de notre chroniqueuse en chef. C'est à ce moment précis que j'ai décidé de lui faire une farce à mon tour. J'ai sorti la tête du bureau et murmuré un simple "bouh". Cette blondasse est devenue aussi pâle que Mimi Geignarde et est partie en hurlant. Je crois qu'on ne la reverra pas avant la sortie de cette édition spéciale Halloween.

Le 30 octobre

L'édition sort dans quelques jours et Romane vient enfin rendre ses photographies. Je ne sais pas si c'est un déguisement ou si elle sort d'un nid d'acromentules, mais elle est couverte de toiles d'araignée. Il m'a même semblé en voir une bouger dans son dos. En tout cas, j'aime de plus en plus l'ambiance d'horreur qui règne dans ce bureau. Il n'y a pas à dire, Halloween est quand même de loin ma fête préférée.

Point de culture moldue : Les origines d'Halloween

Ah ! Halloween !

Voilà un événement qui berce effroyablement le cœur des petits et grands. On se déguise, on quémande des bonbons, on joue à se faire peur, on décore nos maisons de citrouilles effrayantes, on s'organise des soirées entre amis autour de friandises et de films d'horreur... Mais d'où proviennent toutes ces traditions modernes ? Quelles sont les origines de cette fête populaire mondialement connue? Cher.e.s sorciers et sorcières. Vampires et loup-garous, esprits et monstres en tous genres, laissez-moi éclairer votre Jack-o'-lantern.

L'histoire d'Halloween remonte à plus de deux-mille-cinq-cents ans en arrière. Et oui p'tite bête, ça ne date pas d'hier ! Ses fondements résideraient dans la culture Celtique et les peuples des îles Anglo-Celtes. Au départ, Halloween est ainsi une fête folklorique et païenne, se déroulant sur une semaine complète : trois jours avant le 31 octobre et trois jours après. Dans le calendrier celtique de l'époque elle constituait l'équivalent du Nouvel An pour nous aujourd'hui. On y célébrait la fête de Samhain, dit Oíche Shamhna en Gaélique, qui marquait la fin de l'été et des moissons, et le passage vers "la période sombre", autrement dit : l'hiver. On suppose que les couleurs d'Halloween, l'orange et le noir proviennent de là, la première symbolisant la période estivale et la seconde la période sombre de l'hiver. Selon les croyances de l'époque, cette fête se voulait hors du temps, un instant durant lequel les frontières entre le monde des vivants et "l'autre monde" disparaissaient. On célébrait alors des rites, on se rassemblait autour de grands feux de joie et l'on se déguisait afin de se fondre dans la masse des créatures invisibles venues de l'autre monde.

Et la Toussaint dans tout ce bazar ?

Excellente question jeune farfadet ! La Toussaint est une fête chrétienne qui vise à célébrer "tous les saints" ainsi que les Martyrs. A l'origine, elle ne se déroulait pas le 1er novembre mais aux alentours de Pâques. C'est au VIIIème, puis définitivement au IXème siècle que les Papes décidèrent de la déplacer à la date du 1er novembre, afin de la faire coïncider avec la fête de Samhain. Le but ? Tenter de christianiser ces réjouissances païennes en détournant l'attention qui leur était portée vers un événement chrétien. L'ensemble des festivités prirent le nom de "All Hallow's Eve", signifiant "la Veille de Tous les Saints". Au cours du temps, ce terme se transforma jusqu'à prendre le nom que nous lui connaissons aujourd'hui : Halloween.

Précisons qu'il ne faut pas confondre la Toussaint et le culte des morts. Même si de nos jours les deux se rapprochent, voire ne font plus qu'un, le culte des morts fut introduit (du moins en Europe) en 998 par les moines de Cluny qui commencèrent à organiser une fois par an, le lendemain de la Toussaint, une commémoration en l'honneur des fidèles défunts.

Pourquoi dit-on que c'est une fête américaine ?

En 1845, l'Irlande connut une terrible famine. Afin de fuir les difficultés de leur pays, plus de deux millions d'Irlandais s'exilèrent aux Etats-Unis, emportant avec eux coutumes et traditions. Celles d'Halloween connurent un grand succès auprès du peuple Américain qui se l'appropria et le phénomène, tel que nous le connaissons aujourd'hui, se répandit un peu partout dans le monde.

Nous et nos déguisements

Halloween 2019 a vécu, nous avons mangé nos bonbons et rangé nos accoutrements. Qu'en est-il de ce moment de folie qui a refait surface assez récemment ?
Quoique moldue, cette fête a pourtant une coloration bien magique, un vrai paradoxe.

Elle est propice à laisser libre cours à une imagination débridée en matière de déguisement. Toutefois il y a bel et bien une ligne directrice parce qu'il s'agit de se rendre le plus terrifiant possible. La finalité est de chasser les âmes errantes des défunts qui pourraient nous faire du mal. Il faut absolument les repousser en enfilant des tenues plus redoutables les unes que les autres. Halloween est un exutoire qui, en toile de fond, exprime la terreur existentielle que l'être humain peut ressentir quand il se trouve face à cette irréductible échéance qu'est la Mort.

Halloween, c'est aussi ce moment privilégié où les enfants moldus osent frapper à des portes inconnues derrière lesquelles se cachent peut-être de grands dangers. Ils se sont grimés de manière effrayante et réclament des friandises avec véhémence, selon la célèbre formule : " trick or treat !" (un bonbon ou un sort !)

Dans son oeuvre, J.K.Rowling ne manque pas de donner à Halloween une connotation forte, elle est quasiment initiatique. C'est la date anniversaire de l'assassinat de James et Lily Potter, en miroir c'est aussi celle où Harry a survécu.
Dans cet éternel duel entre la Vie et la Mort, il est le Survivant. Promesse d'espoir pour tous, cette nuit-là il a vaincu la Mort.

Dans la Saga Harry Potter, Halloween est l'occasion d'un magnifique banquet. La Grande Salle du Château est décorée des citrouilles d'Hagrid, en revanche à Poudlard, les petits Sorciers ne se déguisent pas. Est-ce pour respecter les consignes restrictives imposées par le Ministère de la Magie ? De toute façon, chaque 31 octobre, nos héros préférés affrontent la mort en direct.

Dix ans après le meurtre des parents de Harry Potter, alors que le banquet d'Halloween bat son plein, un Troll attaque Hermione dans les toilettes de Mimi. L'année suivante l'accès à la Chambre des Secrets a été ouvert et on trouve Miss Teigne pétrifiée. Douze mois plus tard, c'est Sirius Black, considéré comme un dangereux évadé, qui pénètre dans le Château et répand l'effroi. Pour finir, c'est au moment d'Halloween que le nom de Harry sort de la Coupe de Feu avec les conséquences dramatiques que l'on connait.

Ensuite ?

Dans les tomes suivants, il n'est plus question du banquet d'Halloween. Y aurait-il un lien avec le fait que Voldemort a retrouvé toute sa puissance ? Il est plus dangereux que jamais et la cohorte de ses serviles acolytes a sérieusement étoffé ses rangs.
Désormais pour tous, Moldus et Sorciers confondus, le spectre de la mort est devenu une réalité quasi quotidienne jusqu'à l'ultime combat dans Poudlard.

Nous nous en souviendrons, l'année prochaine quand nous nous mêlerons aux Moldus après avoir enfilé un costume d'Halloween encore plus épouvantable.

Oiseaux de nuit

Deux oiselles hantent la Tour

Pendant la nuit d'Halloween, Celty Roze l'insomniaque et Mirabelle Boutondore la noctambule ont, une fois de plus, rôdé dans la Tour. Après avoir copieusement papoté et disserté sur les petits potins qu'elles connaissent, elles avaient bien l'intention de voir vos cheveux se dresser de peur en vous les racontant... à leur manière. Avez-vous suivi leurs conseils ?

Dans les gradins du stade de Quidditch, emportée par son enthousiasme face à la victoire de l'équipe bleue et bronze, Joplin Romney avait bien failli éborgner la jeune Boutondore. Jusque tard dans la nuit, la Buvette des arbitres a été le lieu et le témoin de leur réconciliation. Hélas, on ne sait pas si ces deux jeunes filles ont rejoint leurs dortoirs. Auraient-elles fait une dramatique rencontre ?

Archibald, le crapaud de Iaril Karazyan est fort sympathique. Il est bien dressé et obtempère même quand son Maître lui donne des consignes pour le moins étranges. Un petit conseil entre ami(e)s, en cette nuit de tous les dangers, surveillez de près votre théière. Si vous y tenez, "tenez-la" fermement. En revanche si c'est l'un de ces cadeaux dont vous n'avez pas encore osé vous débarrasser, laissez le champ libre à Archibald, il en fera son affaire.

Artus Myrtle a hâte de pouvoir exercer ses talents de tortionnaire, c'est lui-même qui le dit. Il était pourtant si gentil avant. Une question se pose : notre nouveau professeur a-t-il encore toute sa tête ? Quand on voit l'heure à laquelle il file au boulot, on peut légitimement se demander si, pour une raison ou une autre, il ne craint pas la lumière du jour. On ne va pas faire une conférence sur le sujet, vous savez parfaitement ce que cela signifie.

Eh oui ! Violette Beauchamps a lancé une brique sur la tête de Catherine Spinnet qui est soupçonnée de mordre ses congénères. Il parait que c'est une simple rumeur et qu'elle n'est pas "tout à fait" exacte. Néanmoins si, en plein jour, vous voyez notre préfète étalée par terre, agitant un doudou et présentant une banane à... l'un des fauteuils de la Salle Commune, vous ne risquez rien, à la seule condition de filer comme si vous n'aviez strictement rien remarqué. En revanche, s'il fait nuit, les choses se corsent. On sait que les vampires mordent, alors on vous prévient. Ce n'est vraiment pas le moment de croiser Mademoiselle Spinnet ni l'une des créatures emblématiques d'Halloween.

Notre violette Diva dispose de tellement de tenues dans son dressing qu'elle ne sait plus où donner de la tête. Natacha Tchaïviev, Joplin Romney, Artus Myrtle, Hell Grey, Elea Loohest, Galahad Scamander, Clary Lewis, Gwendoline Black, Carrie Ligan, Ellana Spleen sont venus à la rescousse pour l'aider à enfiler quelque chose. On n'a pas bien envie qu'elle se promène dans les Couloirs dans la tenue d'Eve. Qui sait ? En voyant apparaitre, un 31 octobre, la toute première et symbolique Femme, vous pourriez être pétrifié(e)s de surprise autant que d'émoi.

Nayru, le bébé Demiguise de Galahad Scamander sera un jour, une gente damoiselle singe. Pour le moment, elle a presque tout cassé dans la Salle Commune et Galahad peine à l'attraper. Comme la Créature sait se rendre invisible, vous pourriez imaginer que vous avez affaire à un fantôme qui hante votre espace préféré. La frousse peut provoquer des arrêts du coeur, on n'a pas envie de vous rendre visite à Sainte Magouste, alors on préfère vous avertir.

Il y a du mic-mac dans le dortoir des Préfètes, on se demande bien ce que Marc Potter y fait à une heure aussi avancée de la nuit. Il est en compagnie de Dame Spinnet. (vous vous souvenez, elle est soupçonnée de mordre ses... ) Quoiqu'il en soit, voici un jeune élève qui, depuis longtemps, devrait être dans les bras de Morphée... Dans SON dortoir c'est à dire dans l'aile réservée aux garçons. Ne soyons pas médisant(e)s, en tendant l'oreille nous pourrions peut-être l'entendre dire "Trick or Treat".

À moi la Magie noire

Elle est là. Elle est partout et pourtant, personne n’ose en parler. Je parle bien sûr de la Magie noire. On associe immédiatement ce type de magie aux Mages noirs qui sont prêts à tout pour asservir, allant jusqu’à tuer pour que leur idéologie domine notre monde. Pourtant, cette magie que les gens connaissent peu, par peur de ce qu’elle peut engendrer, se doit d’être connue.
Pourquoi noir ou blanc ? Pourquoi être aussi cartésien quand la Magie elle-même ne l’est pas ? Serait-ce une stratégie du Ministère afin de nous en tenir éloigné(e)s le plus longtemps possible ? Pourquoi pas ?
Donc, par pure curiosité, bah oui, ça m’arrive, je me suis plongée dans cet univers où la main de l’Homme, n’a jamais mis le pied. Oups... Je me suis trompée de répertoire. Mais vous avez compris le principe.

Lorsqu’on se penche sur la question dans les quelques livres disponibles à la consultation en Bibliothèque, et ça, ça veut dire dans la Réserve, en plein milieu de la nuit quand tout le monde dort, il est souvent mentionné que la Magie noire est seulement pratiquée par les Mages noirs, ce qui est très réducteur... Comme si j’avais des aspirations à devenir Mage noir, pfff. Le noir ne me sied pas très bien. Tout ça pour dire que son utilisation est condamnée par le Ministère de la Magie. Ce qui n’est pas étonnant du tout, puisque notre gouvernement a peur de ce qu’il ne connaît pas ou de ce qu’il ne contrôle pas. Comme dans le monde des Moldus, quoi. Mais il reste, à mon sens, que rien n’est tout blanc ni tout noir dans la vie, même dans notre monde. Il y a des zones grises. Parce que oui, le gris est à la mode, OK ?
Allez chez Mme Guipure, vous verrez que le monde ne se limite pas seulement aux couleurs criardes ou au noir. Mais, revenons à nos citrouilles. Tout ce que fait le Ministère consiste à mettre les choses... dans des catégories, dans des boîtes. Eh oui ! On ne nous enseigne pas certains sortilèges ou maléfices, parce qu’ils entrent dans la catégorie des Maléfices du Mal. Ouuuuuh, j'ai peur. Mais, comme la professeure Gilberti me l’a déjà dit, tout est dans l’intention du sorcier. Donc, un sorcier, un minimum compétent en la matière, oui, oui, comme toi, pourrait tout aussi bien utiliser un sortilège dit de défense pour attaquer tout comme il pourrait l’utiliser pour se défendre. Tout dépendra de son état d’esprit. Evitez donc le professeur Scamander lorsqu’il sort du bureau de la Direction de Serdaigle. Je dis ça, je dis rien.

Mais tututut, je vous vois venir petits gnomes. Vous vous dites du côté de notre cher Ministère, parce que voyons ! qui voudrait apprendre la Magie noire ? Bah... moi. Comme Dame Violette me l’a expliqué dans un court texte de cinq parchemins : « Il est important de faire la différence entre Magie noire et Forces du Mal. Les Forces du Mal, c’est l’ensemble des manifestations maléfiques liées de près ou de loin au Monde Magique. [...] (La Magie noire) C’est un outil qui utilise et alimente les Forces du Mal. » .

Cependant, ce qui m’intrigue, c’est le fait qu’on nous enseigne les Sortilèges Impardonnables, sans la partie pratique, ça va de soi. On nous explique leur histoire, leurs effets sur les victimes et après, on nous demande de les oublier et de ne jamais les utiliser. Car bien sûr, le Ministère garde un œil sur ceux qui utilisent cette forme de Magie. Alors, pourquoi nous les enseigner ? On sait très bien que l’être humain et surtout les jeunes sorciers.ères que nous sommes, sont attiré(e)s par l’interdit. On nous fait une sorte de teaser et ensuite on nous demande de tout oublier ? C’est comme nous laisser goûter à la bièraubeurre avant l’âge légal et nous la retirer ensuite. Bien sûr, les Sortilèges Impardonnables font beaucoup plus de victimes, mais avez-vous déjà vu un demi-géant sous l’effet de l’alcool ? Vous ne voudriez pas rester dans les parages.

Je sais que certaines personnes ne seront pas d’accord, mais je crois que la peur de la Magie noire nourrit la cause de ces mages qui, soi-disant, sont les seuls à l’utiliser. On devrait nous l’enseigner sans pour autant nous la faire pratiquer. La Théorie de la Magie noire ne devrait pas se retrouver comme une simple option en sixième année, tout comme elle ne devrait pas être enseignée aux élèves des premières années. Il faut simplement trouver un équilibre et non pas nous laisser baigner dans la plume de Jobarbille. Même si c'est super confortable.

Alors, vous êtes pour ou contre ?

Un grand merci à Miss Gilberti et Dame Violette pour leurs apprentissages et leur générosité.

Un mois d'écriture

Publicité n°2

Festival de Cane


Horoscope

- page 1 de 80